Qu’est ce qu’un coach business ?

Je me suis longuement intéressé au milieu du coaching et des coach business et de la création d’entreprise dans le cadre d’un nouveau projet professionnel.

En effet moi et mon épouse étant tous deux chefs d’entreprise et agissant dans divers secteurs nous avons décidés de mettre en place divers niveaux de formations pour les futurs chefs d’entreprises.

Après quelques jours sur les réseaux sociaux puis d’une manière
générale sur internet j’ai été choqué de ce que je pouvais trouver. Je m’attendais à trouver un grand nombre d’experts pointus et une redoutable concurrence.

Bon, j’ai trouvé une redoutable concurrence mais pas d’expertise et cela a commencé à nous poser question.

Comment est-il possible de se dire coach business, proposer à des gens de développer leur entreprise ou la créer lorsque le coach business lui-même n’y connait rien ou n’a jamais eu d’entreprise ?

Voilà la découverte.

 

Le nouveau business model du coaching business

Le nouveau business model du coaching business

Ce que j’ai trouvé d’une manière massive, c’est une sorte de système « pyramidal » des coach business.

Tout en haut de la pyramide, les gourous du coaching business vont se former aux USA ou au Québec où ils vont apprendre des techniques de vente pour apprendre à leurs clients à devenir eux-mêmes coach business.

C’est ici que j’ai commencé à bugger un peu car je me suis rendu compte notamment sur certaines vidéos youtube qu’il était possible de remonter les élèves des gourous et se rendre compte qu’ils proposaient
exactement la même chose que leur gourous…

Bien entendu pour accéder au coach du premier niveau il faut payer très cher. J’ai vu des tarifs d’accompagnements allant de 20 000 à 100 000 euros l’année. Au niveau intermédiaire nous avons des prix qui vont en gros de 20 000 pour les plus chers à 2000 euros.

Dans la partie basse de la pyramide les tarifs sont très bas et le nombre de coach business très importants.

Je n’ai pas l’impression qu’il s’agisse d’une pyramide de Ponzi car les niveaux inférieurs ne semblent pas payer de commissions au niveaux supérieurs. Malgré tout, ce système n’est capable de fournir que des coachs qui ne sont capables de « former » que de nouveaux coachs…

Certification en coaching professionnel

Tout d’abord il n’y a aucune réglementation qui encadre cette activité de coaching. N’importe qui peut après avoir payé une formation ou même sans aucune formation devenir coach business et se lancer dans l’aventure.

Les coachs business sur les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux sur lesquels j’ai trouvé le plus de prestataires douteux fut Tiktok, Instagram et Facebook.

En posant quelques questions / commentaires à droite et à gauche il est possible de constater que certains ne connaissent pas les mécanismes de la TVA, ce qu’est le chiffre d’affaire, bref. J’ai noté qu’une quantité non négligeable de coachs faisait cette activité en complément de salaire. D’autres semblaient faire cela à temps plein.

Pourquoi faire appel à un coach professionnel pour son business ?

Faire appel à un coach pour son business c’est tout d’abord faire appel à un œil extérieur à son entreprise ou activité, qui connait les mécanismes dans les grandes lignes, qui comprend le système de l’entreprise.

Le chef d’entreprise a au quotidien la tête dans le guidon et n’arrive pas à avoir une vue d’ensemble de son business et ce qui est normal.

D’après moi, celui qui peut faire office de coach avec cette vue extérieur est un chef d’entreprise qui exerce par exemple dans une activité du même secteur ou voisine. Ce dernier a la compréhension du rôle et des responsabilités du chef d’entreprise (le mindset) et il a en même temps les connaissances techniques de la gestion d’entreprise.

L’intervenant extérieur peut voir des choses que le chef d’entreprise ne verra jamais ou trop tard. Le coach en développement personnel peut par exemple identifier et travailler sur les blocages du décideur.

Les qualité du coach

Tout le monde n’est pas fait ou bon pour la pédagogie. Le coach doit dans un premier temps avoir les compétences avec dans l’idéal et en toute logique plusieurs expériences dans son domaine de prédilection.

Il doit savoir faire preuve de psychologie. Savoir cerner rapidement la psychologie du chef d’entreprise qu’il va accompagner afin d’identifier les blocages.

Le mentoring

Avoir, trouver son mentor est une chose difficile. Il faut tomber sur la bonne personne. Bienveillante, professionnelle, compétente. 

Généralement c’est quelqu’un qui évolue dans votre milieu professionnel mais qui a une expérience plus conséquente et en mesure de vous transmettre son savoir.

Si vous avez par exemple un E-commerce et que vous débutez votre mentor peut être quelqu’un qui a déjà un ou plusieurs E-commerces rentables depuis quelques années. En plus d’être de la partie et de votre
secteur d’activité il doit avoir les qualités d’écoute, de patience et savoir
transmettre ses connaissances, ce qui n’est pas donné à tout le monde.

Un mentor peut par exemple vous proposer de participer à un mastermind. Il s’agit d’une réunion régulière de plusieurs personnes par
exemple des chefs d’entreprise ayant un E-commerce et qui vont toutes les deux semaines échanger lors d’une réunion de leurs difficultés et réussites.

Le but de ce type de réunion est de faire profiter aux autres son savoir faire, son expériences, ses réussites ainsi que ses échecs.

Afin que ce type de réunion soit le plus bénéfique possible à tous les participants, il est indispensable qu’ils soient d’un niveau équivalent. Un chef d’entreprise ayant 5 ans d’expérience dans un business prospère risque de perdre son temps s’il est confronté à un jeune entrepreneur en pleine création de sa première entreprise. Ce n’est pas méchant mais les niveaux doivent être proches pour plus d’efficacité et de compréhension entre les participants.

Les masterminds sont régulièrement payants lorsqu’il y a des intervenants de qualité et d’expérience. J’ai eu l’occasion d’échanger dans ce type de réunions.

Le coach en développement personnel dans le trading

Le trading est d’après mois l’un des secteurs d’activité qui demande beaucoup plus de mental que de technique. 80 % de psychologie.

J’ai pendant un temps certains suivi le cheminement très classique du débutant en trading qui cherche sa méthode, qui cherche une martingale. Tout doucement j’ai commencé à basculer et me rendre compte en écoutant autour de moi que la psychologie était la clé du succès en trading.

Lorsque j’ai compris cela j’ai adapté mes techniques de trading à mon mindset. J’ai également compris que pour être performant dans mon trading je devais être bien. Je devais me sentir bien, je devais avoir une bonne hygiène de vie. Je devais être honnête envers mois même pour être rentable car j’étais seul devant les graphiques, seul responsable de mes actions, inactions, gains et pertes.

Fort de cette expérience et cet apprentissage au demeurant constant j’ai pris conscience qu’un bon coach mental sensibilité à cette activité pouvait vraiment avoir sa place.

Ce sont ses compétences supplémentaires en plus de la pédagogie que j’adore que j’essaye de développer.

Si vous n’avez pas confiance en vous vous ne pourrez pas avoir confiance dans votre stratégie de trading. Un coach pour la confiance en soi peut être très pertinent tout comme peut être un coach bien-être.

Si votre rapport à l’argent est malsain cela va altérer vote trading. Tout un tas de biais pour certains auto destructeurs peuvent bloquer le trader dans l’expansion de son business.

Pour moi les plus grands traders ne sont pas les meilleurs techniciens mais ceux qui ont un mental d’acier et une bonne psychologie, en tout cas compatible avec le trading.

Qui sont les gagnants et perdants du coaching business ?

Bien entendu, les plus grands gagnants sont ceux qui sont au sommet de la pyramide des formations de coach.

Ceux qui achètent leurs formations en espérant gagner autant que leurs gourous voir plus font hélas fausse route car ils sont à des niveaux inférieurs de la pyramide. A chaque niveau, un certain nombre de coachs inondent le marché rendant la prospection de nouveaux clients tout aussi difficile.

D’après moi, les premiers perdants sont les gens qui font appel à ce genre de personnes qui n’ont aucune réelle compétence pour apporter de la valeur ajoutée à un business. Qu’il soit en dur ou E-commerce.

Les seconds perdants sont les coach « business » eux-mêmes. Ils saturent comme des grands leur business. Une fois que la terre entière sera recouverte de coach business comment la société va pouvoir tourner ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *